LES ACOUPHENES
                   
 

La thérapie acoustique d'habituation

Elle repose sur un constat simple : dans le silence, l'écart entre l'acouphène et le milieu environnant paraît élévé, et donc la perception du bruit parasite d'autant surtout si le cerveau n'est pas absorbé par une autre tâche. Si par contre on introduit un bruit de fond, on diminue l'écart entre l'acouphène et le milieu environnant, le bruit paraîtra moins intense pour conditionner le cerveau à mieux le tolérer.

                 
 
 
 
   

Quelques règles sont donc à édicter :

  • Fuir le silence qui majore artificiellement l'acouphène et le rend moins tolérable.

  • A l'inverse, il est préférable de ne pas masquer l'acouphène, c'est à dire faire entendre un bruit à l'oreille plus intense que l'acouphène. Le but en effet de la thérapie est de s'y habituer, de ne plus y prêter attention. Il faut donc que le bruit rajouté soit moins fort que l'acouphène qui doit rester perceptible.

  • Il faut aussi qu'il soit soumis aux deux oreilles pour ne pas créer de déséquilibre au niveau du cerveau. Il convient donc de porter deux générateurs de bruit, un sur chaque oreille.

  • Si en plus il existe une perte auditive, une correction est largement souhaitable dans le même temps pour améliorer la perception auditive du patient.